Cliquez ici pour télécharger cet article en PDF

 

Quelles sont les possibilités de financement de votre formation ?

 


Aynin Formation
, centre de formation professionnelle, vous accompagne dans la recherche de solutions de financement de votre formation, quel que soit votre projet de formation. N’hésitez pas à consulter les informations ci-dessous et à nous contacter pour toute aide au 07 82 18 44 22 (numéro gratuit).

Notre organisme de formation professionnelle répond à l’obligation légale d’enregistrement auprès de la DIRECCTE Ile-de-France, et est déclaré sous le numéro d’activité 11-755-851-875 (ce numéro ne vaut pas agrément de l’Etat).

Nos formations s’inscrivent dans le champ de la formation professionnelle continue et peuvent être prises en charge sur les budgets de formation des entreprises et des organismes publics.

De plus, nous sommes référencés DATADOCK, conformément au Décret n°2015-790 du 30 juin 2015 relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue. Ce référencement donne la possibilité à toutes nos formations d’être financées par les organismes financeurs de la formation professionnelle.

(Numéro de norme qualité Datadock Aynin Formation : 0072415)

 

ll existe en France de nombreux dispositifs de financement de la formation professionnelle continue. Une personne ayant un projet de formation continue pourra mobiliser un ou plusieurs dispositifs en fonction de sa situation d’emploi (salarié, demandeur d’emploi, travailleur non salarié) et de critères personnels (situation de handicap, âge, etc.).

Ce sont les entreprises qui financent ces dispositifs par le versement à un OPCO (Opérateur de compétences) anciennement OPCA  (organisme paritaire collecteur agréé) de contributions annuelles calculées selon un pourcentage de leur masse salariale.



Le Plan de formation des entreprises (PFE)

 

Public : Salariés d’une entreprise.

Le financement : Le plan de formation est une des enveloppes budgétaires de l’entreprise destinées à financer les actions de formation à l’initiative de l’employeur ou à la demande du salarié. Ainsi, chaque salarié, quel que soit son contrat de travail (CDD ou CDI) ou son ancienneté, peut demander à se former, notamment lors de son entretien professionnel obligatoire.

Chaque entreprise en France dispose d’un budget de formation pour ses salariés, et cela quelle que soit ta taille. Elle a l’obligation légale de favoriser la montée en compétences de ses collaborateurs.

Le montant du budget de formation alloué dépend de la masse salariale de l’entreprise sur laquelle s’applique une contribution variable selon sa taille (de 0,55% à 1%) et les modalités financières établies par l’OPCO auquel elle est rattachée.

Le plan de formation de l’entreprise est donc l’ensemble des actions de formation mises en place à l’initiative de l’employeur et dont l’objectif est un développement des compétences des salariés, une adaptation au poste de travail ou un maintien dans l’emploi. Il peut également inclure une VAE (validation des acquis de l’expérience) ou un bilan de compétences.

La formation peut avoir lieu en interne ou en externe.

Les formations visant un développement des compétences nécessitent l’accord du salarié. Elles peuvent se dérouler sur le temps de travail (la rémunération est alors maintenue) ou en dehors (auquel cas la rémunération est alors égale à 50 % du salaire net).

Les formations visant un maintien dans l’emploi ou une adaptation au poste de travail se déroulent obligatoirement pendant le temps de travail et ne peuvent pas être refusées par le salarié. La rémunération légale est maintenue.

Plus d’informations sur service-public.fr


Le Compte Personnel de Formation (CPF)

 

Public : Salariés (et demandeurs d’emploi disposant d’un crédit d’heures suffisant).

Le financement : Depuis le 1er janvier 2015 selon la Loi du 5 Mars 2014, toute personne travaillant ou ayant déjà travaillé, salariés comme demandeurs d’emploi, dispose d’un droit de formation qui lui est directement rattaché et qui lui permet de bénéficier de 24 heures de formation par année travaillée pendant 6 ans puis de 12 heures par année pendant 3 ans (dans la limite d’un plafond de 150 heures au total). Ce crédit d’heure annuel est proportionnel au temps de travail effectué sur l’année (temps partiel ou CDD).

Si vous avez cumulé des heures au titre de votre Droit Individuel à la Formation (DIF) jusqu’au 31 décembre 2014, sachez que vous pouvez les reporter sur votre compte CPF pour les utiliser (maximum 120 heures). Attention, les heures capitalisées au titre du DIF au 31/12/2014 (et non consommées) seront mobilisables (selon les modalités du CPF) seulement jusqu’au 31 décembre 2020, en complément des heures capitalisées sur le CPF à partir du 1er janvier 2015. Ne perdez donc pas vos heures !

La formation peut se faire sur le temps de travail (avec autorisation de l’employeur, la rémunération est maintenue) ou sur le temps libre du salarié (l’autorisation de l’employeur n’est alors pas requise et le formé ne perçoit aucune rémunération).

Votre heures CPF alimentent votre compte, qui vous suit tout au long de votre vie professionnelle. Pour en bénéficier, vous devez tout d’abord le créer sur le site officiel moncompteformation.gouv.fr



Les dispositifs à destination des travailleurs non salariés

 

Les travailleurs non salariés (TNS) relèvent d’un régime particulier pour le financement de leur formation. Les professions libérales, les professions médicales et les dirigeants non salariés ont accès à différents fonds leur permettant de financer tout ou partie d’une action de formation continue.

 

Le fonds interprofessionnel de formation des professions libérales (F.I.P.-F.L.)

 

Public : Travailleurs indépendants, leurs conjoints collaborateurs et les micro-entrepreneurs.

Le financement : Le FIF-PL est un fonds créé à l’initiative de l’Union nationale des professions libérales (UNAPL) et destiné à participer au financement de la formation continue des professions libérales. Ce dispositif est financé par la Contribution à la formation professionnelle (CFP) versée chaque année par les travailleurs indépendants.

Le plafond annuel et les critères de prise en charge sont fixés chaque année pour les quatre domaines d’activité relevant du FIF-PL (Cadre de vie, Juridique, Santé et Technique). Pour en bénéficier, le formé doit soumettre une demande préalable de prise en charge avant le début de l’action de formation.

En savoir plus sur le site du FIF-PL

 


L’association de gestion du financement de la formation des chefs d’entreprise (AGEFICE)

 

Public : Dirigeants non salariés des secteurs du commerce, de l’industrie et des services.

Le financement : L’AGEFICE est le fonds permettant aux dirigeants non salariés (DNS) de financer des formations d’une durée minimale de 6 heures. Le formé doit déposer une demande préalable de prise en charge avant le début de l’action de formation. Les montants dépendent du type de formation (par exemple 2000 € net par an pour une formation en langue) et peuvent comprendre les frais engagés dans le cadre d’une formation suivie hors de l’entreprise (frais de déplacement).

En savoir plus sur le site de l’AGEFICE


Le Fonds d’assurance formation de la profession médicale (FAF-PM)

 

Public : Médecins exerçant à titre libéral et leurs remplaçants.

Le financement : Le FAF-PM prend en charge des formations collectives et individuelles ayant un lien direct avec l’exercice professionnel. Les formations collectives doivent être dispensées par des organismes habilités par le FAF-PM. Les formations à titre individuel peuvent être financées a posteriori après dépôt d’une demande de prise en charge dans les 30 jours suivant la fin de la formation. Le plafond de prise en charge est fixé chaque année (il s’élevait à 420 € en 2017).

En savoir plus sur le site du FAF-PM



Les dispositifs mixtes

 

Le financement émanant d’un conseil régional


Public : 
Salariés et demandeurs d’emploi.

Le financement : En France, les régions ont compétence pour la formation des adultes et des jeunes, et notamment pour la formation des demandeurs d’emploi. Les dispositifs de financement disponibles dépendent de la région. Certaines régions accordent également une aide financière aux salariés pour accomplir une formation universitaire en dehors de leur temps de travail. Il convient de se renseigner directement auprès du Conseil régional concerné.

 


 


Le FIA (Formation individuelle AGEFIPH)

 

Public : Personnes en situation de handicap (salariées ou en recherche d’emploi).

Le financement : L’aide à la formation individuelle de l’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) permet de financer les frais pédagogiques d’une formation en vue soit d’un maintien, soit d’un accès à l’emploi pour les personnes en situation de handicap ou en voie de l’être. Pour les salariés, le montant est déterminé en fonction du projet de formation et des cofinancements mobilisés ou prévus. Les demandeurs d’emploi peuvent quant à eux bénéficier du financement d’une formation courte ou d’une formation professionnalisante sélectionnée par l’AGEFIPH.

En savoir plus sur le site de l’AGEFIPH



Les autres dispositifs facilitant la formation professionnelle continue

 

Au-delà de ces dispositifs de financement, il existe d’autres mesures permettant aux salariés et demandeurs d’emploi de se former tout au long de la vie. Citons par exemple :

  • Le contrat de professionnalisation, qui permet aux jeunes de 16 à 25 ans, mais aussi aux demandeurs d’emploi de plus de 26 ans et aux bénéficiaires des minima sociaux d’apprendre un métier en alternance.

  • Le contrat de sécurisation professionnelle, qui est un programme d’accompagnement au retour à l’emploi assuré par Pôle Emploi.

  • Le contrat d’apprentissage, permettant de se former en alternance.

  • L’entretien professionnel, qui permet aux salariés de faire le point sur leurs compétences et de mettre en place des actions de formation adaptées à leur situation.

  • La formation ouverte à et distance (FOAD), qui inclut tout ou partie d’actions de formation non présentielles (tutorat, autoformation, etc.)

  • La VAE, qui permet au formé de faire reconnaître ses compétences acquises lors de son parcours professionnel. Elle a la même valeur qu’une certification obtenue dans le cadre d’une formation initiale.

  •  Le congé individuel de formation (CIF), qui permet à un salarié de suspendre son contrat de travail pour suivre une formation à temps plein ou temps partiel, à son initiative. La formation n’a pas besoin d’être en lien avec l’activité professionnelle du salarié, mais elle doit lui permettre d’acquérir des compétences nécessaires pour accéder à un niveau de qualification supérieure dans son métier ou pour changer de profession, par exemple. (Plus d’informations sur service-public.fr).

  •  L’aide individuelle à la formation (AIF) est une contribution de Pôle Emploi pour (co)financer une formation dont l’objectif est un retour rapide à l’emploi. L’AIF ne peut être demandée que si les autres dispositifs de financement de Pôle Emploi (POE et AFPR) ne sont pas mobilisables. Elle couvre les frais de formation restant à la charge du formé une fois tous les autres dispositifs disponibles mobilisés. La contribution est versée directement à l’organisme de formation. (Plus d’informations sur le site de Pôle Emploi).


  • La préparation opérationnelle à l’emploi individuelle (POEI) et l’action de formation préalable au recrutement (AFPR), qui sont deux dispositifs de financement très proches, permettant à un demandeur d’emploi d’acquérir les compétences nécessaires pour occuper un emploi dans un secteur d’activité à forts besoins de recrutement. (Plus d’informations sur le site de Pôle Emploi : la POEI et l’AFPR).


  • La période de professionnalisation, qui est de maintenir l’emploi de salariés en CDI par la formation. Le dispositif peut être mobilisé à l’initiative de l’employeur (dans le cadre du plan de formation de l’entreprise) ou du salarié. Le salarié suit une formation de 70 heures minimum réparties sur 12 mois maximum (sauf s’il utilise son CPF ou si la formation aboutit à un VAE, auquel cas la durée plancher ne s’applique pas). Plus d’informations sur service-public.fr.

  • Et enfin le régime public de rémunération des demandeurs d’emploi en formation (RFPE), qui permet aux demandeurs d’emploi ne percevant plus d’allocations d’aide de retour à l’emploi d’être rémunérés pendant une formation.

Les facilités de paiement Aynin Formation

 

Aynin Formation peut vous proposer une solution de financement adaptée en plusieurs fois sans frais sur le solde des frais de formation restant éventuellement à votre charge, ou si vous souhaitez entièrement la financer vous-même.

Les demandeurs d’emplois peuvent bénéficier d’une réduction sur le tarif de la formation, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations au 07 82 18 44 22 (numéro gratuit).

Notez que si vous n’avez pas obtenu une prise en charge des frais de formation, il vous est tout de même possible de déduire vos dépenses de formation de votre impôt sur le revenu, à condition d’opter pour le régime des frais réel et ce que vous soyez salarié(e) ou demandeur d’emploi !



Cliquez-ici pour revenir à la page du programme de la formation.